Il aura fallu un article de presse (L’Avenir de ce 17/10/2017) pour révéler au public l’existence et la nature réelle d’un projet désastreux pour le village de Spontin.  Ce projet, totalement passé inaperçu, se dissimule derrière une demande anodine qui vise « l’amélioration des terres agricoles » situées à la sortie de Spontin, à droite de la route qui monte vers l’E411.  Les quelques personnes qui ont pu consulter le dossier ont constaté que les travaux prévus consistaient en réalité à remblayer la totalité du vallon qui se trouve en contrebas du camping « Le Quesval ».

Il s’agit donc bien plus que d’une simple demande de modification du relief du sol.  C’est un véritable bouleversement du paysage qui s’y prépare, avec en prime un gigantesque chantier desservi par des engins de génie civil et un interminable charroi de poids lourds pendant les huit années que dureront les travaux.  Au total, c’est plus d’un million de tonnes de déblais (765.000 mètres cube) qui seraient déversées sur le site concerné.   Imaginez, s’ajoutant au trafic actuel généré par les carrières, 19 à 29 camions supplémentaires par jour venant déverser leurs déblais de chantiers.

De quelles natures seront d’ailleurs ces déblais ?  Terres et «matières inertes » est-il spécifié.  Mais comment et selon quels critères la composition de ces déchets de chantiers sera-t-elle contrôlée?  Car c’est bien de cela qu’il s’agit : transformer le vallon du Quesval en décharge de matériaux de déblais.  Trop de sites ont jadis été pollués par des déversements de terres contaminées pour ne pas se poser de questions.

Spontin, localité accueillante et touristique, a déjà été bien malmenée au cours de ces dernières années (le site des sources laissé à l’abandon à l’état de chancre industriel, le vieux château en état de délabrement).  L’avenir du village passe-t-il par ce funeste chantier ?  Que de nuisances et de pollutions sonores, visuelles et environnementales en perspective pour les habitants !  Restera-t-il encore des touristes et des campeurs sensibles à la beauté du village ?

Il parait qu’une enquête publique a été effectuée !!!  Sans doute quelques affiches plantées derrière les clôtures du terrain concerné et que personne ne pouvait apercevoir.  Demandez donc aux Spontinois s’ils sont au courant de quelque chose.  Rares sont ceux qui vous répondront de manière affirmative.

Il est donc tout-à-fait inacceptable qu’un tel projet de chantier, qui affectera durablement la vie du village, puisse ainsi passer en catimini, à l’insu de tous.  Le groupe ECOLO-Yvoir demande donc que le Collège communal (responsable de la décision à prendre) fasse recommencer l’enquête publique, que la population soit dûment consultée, que des réunions d’information soient organisées et que les promoteurs du projet viennent s’expliquer devant les habitants.

ECOLO Yvoir rappelle également les promesses que les autorités communales avaient adressées aux riverains inquiets à propos du parc artisanal du Quesval :  » Les activités générant des nuisances sonores, olfactives, visuelles, des poussières ou liées au charroi y seront interdites afin de préserver la qualité de vie des riverains. » (Déclaration sur MaTélé le 28/12/2016).

ECOLO-Yvoir charge ses conseillers communaux, Chantal Eloin-Goetghebuer, Catherine Vande Walle et Jean-Pol Visée d’interpeller le Collège communal à ce sujet et de veiller à ce que la population ait ainsi son mot à dire.

Catherine Vande Walle – Fossion et Raphaël Frédérick, co-présidents du groupe local Ecolo-Yvoir

Share This